Vous ne pouvez pas coller une baigne au capitalisme (ou : “Comment penser les concepts sans céder à de légitimes réflexes de réification”)

Prenons un politicien idiot. Supposons-le grisonnant, de droite, admirateur de son imperméable rouge au point de l’afficher partout, et président d’une institution politique locale fictive que nous appellerons – au hasard – “Boverne-Vaunes-Haltes” (toute ressemblance avec un homme politique réel sera bien entendu purement fortuite). Supposons que ce même politicien idiot de fiction soit invité … More Vous ne pouvez pas coller une baigne au capitalisme (ou : “Comment penser les concepts sans céder à de légitimes réflexes de réification”)

Traduire, c’est trahir

Les sciences sociales qualitatives, en particulier appliquées à des aires culturelles distantes de celle dont le chercheur est originaire, et à plus forte raison lorsque ces aires sont “non-occidentales”, peuvent aisément être considérées comme des entreprises de traduction. Cette association n’est pas récente et peut aisément – en particulier dans le cas des études du … More Traduire, c’est trahir

Pourquoi SocioNoël

Fin novembre, l’alarme incendie de King’s College s’est déclenchée en milieu de journée, conduisant mes collègues et moi à vaquer dans le froid et le doute cependant que nous eussions dû travailler. L’ennui et la sérendipité m’ont donc poussé à faire ça. Le principe étant simple, le tout à relativement bien pris. Après 24 jours … More Pourquoi SocioNoël

All I see is people: on being teared apart between scientific and political ideas

Dear reader, I have been pondering over the ideas presented here for a while. I must say I have no answer to the main question in this note (how do we manage the “gap” between a scientific engagement and a political one, how do we remain into critical politics when our scientific “taste” incites us … More All I see is people: on being teared apart between scientific and political ideas

How I stopped worrying about the truth and love my informants

An unstoppable source of worrying on the field has been about “the truth” and whether or not my informants, people I was talking to or interviewing, were telling it. This is not a new worry for me: I had experienced it on another field before, and yet again while learning interviewing techniques. As time passed, … More How I stopped worrying about the truth and love my informants

Pourquoi les sociologues étudient-ils des groupes auxquels ils sont étrangers ?

Le cycle de mobilisations autour des identités auquel nous assistons depuis le début des années 2010 a eu pour effet une formulation relativement salutaire d’une remise en cause d’un certain nombre de pratiques, notamment en matière de recherche, concernant le regard et le discours sur les groupes “minoritaires” censés être représentés par ces mouvements. Je … More Pourquoi les sociologues étudient-ils des groupes auxquels ils sont étrangers ?